Sylvothérapie : prendre soin de soi au contact des arbres

Originaire du Japon, la sylvothérapie désigne la pratique de prendre soin des arbres. Un bain de forêt en France, très à la mode aux Etats-Unis et pratiqué au Japon depuis plusieurs décennies, aurait des vertus incontestables aussi bien dans notre corps que dans notre esprit.

Qu’est-ce que la sylvothérapie ?

Le terme sylvothérapie est encore nouveau en France. Cette technique de relaxation et de méditation, qui entre en contact avec les arbres, est très appréciée au Japon, d’où elle est originaire. Également appelée « embrasser un arbre » aux États-Unis, elle consiste à entrer en contact avec des arbres dans une forêt pour restituer l’énergie qu’elle peut transmettre à l’homme. En pratique, les participants marchent dans les bois en toute conscience, de préférence sans chaussures, pour un meilleur contact avec les racines et les feuilles des arbres. Nous embrassons les arbres pour obtenir leur énergie.

La sylvothérapie, véritable art de vivre, a également été pratiquée par les Indiens d’Amérique, où le contact avec la nature est source de paix et de joie au quotidien.

Quelle est l’efficacité de cette thérapie ?

Plusieurs études scientifiques ont montré que la sylvothérapie est efficace dans les cas de dépression, avec une diminution du stress, une diminution de la tension nerveuse et une amélioration de la concentration, de l’attention et du système immunitaire. 

Il a même été démontré que tous les arbres n’ont pas la même puissance. Par exemple, le chêne nous permettrait de nous calmer et de retrouver la paix ; l’érable augmenterait l’estime de soi.

Bien entendu, cela repose avant tout sur le fait que le contact avec la nature est propice à un développement physique et mental harmonieux. Plus nous rencontrons la nature, mieux c’est pour nous. A la clé : prévention des maladies, réduction de la fatigue générale, amélioration des capacités cognitives.

Cependant, les arbres ont un avantage supplémentaire : selon les recherches, ils émettent des molécules odorantes appelées terpènes. Nous connaissons bien ce parfum spécial et le connaissons à chaque promenade dans les bois. Cette inhalation affecte notre système nerveux central et produit les hormones du bonheur : la dopamine et la sérotonine.

Enfin, c’est insister sur un état d’esprit qui valorise le calme créé par la sylvothérapie. En effet, si nous marchons sans y penser ou sans apprécier notre promenade et notre contact avec la nature, il ne se passera rien ou presque. En avoir pleinement conscience nous permet désormais d’en tirer le maximum d’avantages.

Par conséquent, il a un effet immédiat sur la réduction des niveaux de cortisol et de la fréquence cardiaque, en particulier en cas de stress chronique.

Comment s’applique la sylvothérapie ?

Une fois par semaine, la sylvothérapie a apporté tous les bénéfices précédemment cités. Vous l’aurez compris, il n’est pas nécessaire de pratiquer la sylvothérapie tous les jours pour qu’elle soit bénéfique. 

Quant à la durée, il n’y a pas de limite. Le principal est de prendre le temps de se connecter à la nature. On évite donc les balades éclaires de moins d’une heure, l’idéal étant de rester au moins 3 à 4 heures en forêt. 

Vous vivez en ville, pas près d’une forêt ?

Vous n’êtes pas obligé d’aller en forêt pour profiter des bienfaits de la sylvothérapie. Un parc avec uniquement des arbres, un jardin public, ou encore au milieu des rues de la ville doivent être trouvés pour être conscient de l’énergie des arbres.

Quant à l’expérience elle-même, pour tirer le meilleur parti de votre traitement, vous devez couper tout contact avec le monde extérieur et passer environ une demi-journée.

Vous pouvez choisir de vous asseoir au milieu de la forêt ou près des arbres du parc sélectionné, ou marcher 2 à 3 kilomètres. Il peut être utile de prendre quelques respirations intelligentes au début et à la fin de votre marche. Ces exercices de respiration aident à ralentir le cœur et à abaisser la tension artérielle.

Enfin, si vous voulez aller plus loin, vous pouvez essayer le “tree hug”, câlins aux arbres. Choisissez un arbre que vous trouvez beau, grand et sain. Faites confiance à votre instinct pour ce choix. Tout d’abord, observez-le pendant quelques minutes de bas en haut. Préparez-vous ensuite au contact : faites un pas en avant, fermez les yeux et embrassez l’arbre sélectionné. Respirez calmement et profondément pendant le câlin, essayez de faire attention à vos sentiments et émotions.

Il n’y a pas de temps recommandé : étirez vos bras lorsque vous vous sentez suffisamment dépendant de l’énergie de cet arbre.

Certaines personnes préfèrent porter des manches ou des gants afin de se protéger des insectes et des plantes irritantes qui peuvent pousser sur les arbres. D’autres seront en contact « peau à peau » avec le bois.

Dans tous les cas, cette promenade consciente en pleine nature, que vous enlaciez ou non un arbre, ne peut que favoriser le retour au calme, à la détente et à une meilleure énergie.

Un coach en sylvothérapie peut vous aider à pratiquer cette thérapie

Enlacer des arbres peut être quelque peu intimidant du moins au début. C’est pourquoi certains font le choix de passer par un coach en sylvothérapie. Cet accompagnement dispensé par un professionnel, vous aidera à découvrir la sylvothérapie et à la pratiquer mais plus important encore à l’inclure dans votre quotidien. 

Les arbres sont puissants et dégagent une forte énergie. Vous pouvez en tirer partie mais des séances de coaching en sylvothérapie peut considérablement vous aider à ouvrir votre esprit à cette thérapie.

Commentaires

  • Pas encore d'avis.
  • Laisser un avis